Saint-Flour, An Mil

Naissance d'une ville
dans le sang et les larmes


408 pages, format A4,
nombreuses photographies
noir et blanc et couleur.

Ouvrage publié avec l'appui
de l'association Cantal Patrimoine
et du Crédit Agricole Centre France.

L'histoire.

La ville de Saint-Flour tire son origine d'un prieuré affilié à Cluny, né peu après l'an mil dans de terribles convulsions.

Pourtant, tout avait bien commencé. Vers 980, Eustorge de Brezons donne à Cluny le domaine d'Indiciac, avec la chapelle où sont honorées les reliques de saint Flour : un monastère va être bâti. Mais à la mort d'Eustorge, le clan, dirigé par Amblard II de Nonette, reprend ce bien familial et en 998, l'abbé de Cluny Odilon de Mercour doit en appeler au pape Grégoire V. Le domaine est rendu, puis... repris à la faveur du chaos qui règne en Auvergne. Avec l'héritier d'Eustorge, Amblard soumet la Planèze et se heurte au comte de Brioude-Gévaudan. Durant quinze ans, intimidations, pillages, enlèvements se succèdent. Mais en 1019, Amblard commet une légère étourderie : il assassine un cohéritier, frère ou cousin. Horreur ! L'homme comparaît, à Rome, devant le Pape : après un pèlerinage expiatoire et la restitution du fameux domaine, il obtient le pardon. Puis il rentre en Auvergne : « Et si je le gardais, ce domaine ? », se dit-il.

Le livre.

Pourvu d'une iconographie abondante, l'ouvrage plante le décor de l'an mil, présentant la France et l'Empire, les institutions de l'Église, le rôle d'Odilon et de l'abbaye de Cluny, les territoires de la Haute Auvergne et l'actualité régionale des années 990-1030. Les documents d'époque sont ensuite traduits et commentés, depuis les chartes de restitution jusqu'aux récits hauts en couleur des Miracles de sainte Foy. Le scénario de la fondation de Saint-Flour est ainsi précisé.


Professeur de Lettres classiques, Marc-Yvon Duval s'intéresse à l'histoire cantalienne. Dernier article publié : « L'affaire de Chaudes-Aigues. Tumultueuses donations des églises de Chaudes-Aigues au prieuré de Saint-Flour (1020-1135) » (revue Patrimoine en Haute-Auvergne, n° 24, publiée par l'association Cantal Patrimoine).

Cet ouvrage a été récompensé par le prix Grellet de la Deyte 2013, décerné par l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Clermont-Ferrand. Remise du prix le mercredi 22 janvier 2014 à Clermont-Ferrand.



 

Haut de cette page