Saint-Flour, an 1317

Création du diocèse de Saint-Flour par démembrement du diocèse de Clermont


 

Jean XXII et Saint-Flour... Ce travail est le fruit d'un cheminement inhabituel.

Au commencement, était un travail de fond sur la naissance de Saint-Flour dans les années 990-1020 : un prieuré clunisien fut créé sur le tombeau de saint Florus, non sans traverses, guerres locales, voyages d'expiation à Rome, intervention du Pape, implication de l'abbé général de Cluny, enfant du pays, etc.

Une question connexe se posait : en ce temps-là, la frontière entre Haute-Auvergne et Gévaudan était-elle la même qu'aujourd'hui, entre Cantal et Lozère. Il y avait doute pour une petite portion du territoire cantalien, aujourd'hui coincé entre la Truyère et le département de Lozère. Or les historiens de Lozère répétent que c'est à l'occasion de la création du diocèse de Saint-Flour en 1317, par séparation en deux de l'immense diocèse d'Auvergne, que ce territoire a été placé en Auvergne. Et il est vrai qu'auparavant, une charte de 1011 plaçait l'une des paroisses concernées en Gévaudan.

Il fallait donc s'intéresser à la création du diocèse, d'où ce travail. La question initiale n'est toujours pas résolue, mais le premier résultat est que, en tout cas, la bulle de séparation entre diocèse de Clermont et diocèse de Saint-Flour ne mentionne pas une appropriation de cette portion.

De proche en proche, cette recherche a permis d'esquisser un tableau des deux premières années du diocèse de Saint-Flour, de 1317 à 1319. Voilà comment, partant de l'an mil, on en arrive au XIVe siècle.

Consulter l'article.

<<<< Consulter l'article en ligne.
Charger la version PDF de l'article. >>>>

Charger la version PDF. 

   
   
L'article a été publié dans la revue Patrimoine. Accès au site :
Association Cantal patrimoine.


 

Haut de cette page